Exemples de textes et citations pour préparer les funérailles de vos proches

L’AMOUR D’UNE MAMAN !
Soleil de ma vie… Hommage à une mère adoptive (Jouette Mimeault)

Peu importe les ennuis
Peu importe les petits soucis…
Quand on a pour soi un Soleil qui luit !
Peu importe les ténèbres de la nuit
Peu importe le ciel tout gris…
Quand je sais que ce Soleil veille sur ma vie !

Toute petite, il m’a enveloppé de sa chaleur
Tout à coup, j’ai été envahie d’un grand bonheur et,
J’ai cessé à l’instant d’avoir peur.

Sa lumière m’a redonné l’Espoir
Son ardeur m’a appris à croire…
Ses rayons m’ont tendu la main
Sa bonté m’a ouvert mille chemins…
Sa Chaleur a réchauffé mon cœur d’enfant
Son Amour m’a comblé pleinement…

Doux soleil, qui ne m’a pourtant pas donné la Vie…
Doux soleil, qui m’a plutôt choisie…
Doux soleil, qui n’a rien attendu en retour…
Cher soleil, aujourd’hui je te remercie
De toute cette tendresse et cet amour gratuit !
Alors…
Peu importe les folies de la vie

Quand on possède le plus important…


TU T’EN VAS…
Tout au long de ta vie ta philosophie fut liberté.

A présent tu nous quittes,
Doucement vole…
Doucement fuit…
C’est l’heure, on entend le silence,
Pour toi, la nuit est déjà là
C’est le moment que tu as choisi
Pour rejoindre les étoiles.

Et tandis que tu dors vraiment,
Dans un calme profond comme
Un jour de deuil, nous savons
Que tu souffleras partout le vent
De la liberté.

Tu as souvent été pour les tiens
La force et la sagesse.
Après tant d’années, tu peux
Te reposer maintenant.
Tu peux connaître enfin le sommeil
Et la paix .

Hier autant qu’aujourd’hui,
Demain et à jamais tous nous saurons
Nous souvenir de ta fraternité.

Emporte cette rose à défaut de flambeau
Qui serait bien vite éteint au fond
De ton tombeau.

Ami, en cet instant, nos cœurs
Se sont unis et pour te dire ‘Adieu’
Nos mains vont se joindre en une
Chaîne d’union.
Lydia Renard


L’AMOUR NE DISPARAÎT JAMAIS
La mort n’est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté.
Je suis moi, vous êtes vous.
Ce que nous étions les uns pour les autres,
Nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Souriez, pensez à moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a
Toujours été.
La vie signifie ce qu’elle a toujours signifié.
Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de votre pensée, simplement
Parce que je suis hors de votre vue ?
Je vous attends, je ne suis pas loin,
Juste de l’autre côté du chemin.
Vous voyez, tout est bien.


AINSI, TU T’ES ETEINTE
Ainsi, tu t’es éteinte
Comme tu as vécu,
Sans l’ombre d’une plainte
Ni geste superflu.

Toi qui as tout donné,
Tu n’auras rien gardé
Du maigre coin de terre
Où tu t’es affaissée,
De la douce lumière
Que tu as tant aimée.
Tu n’auras rien gardé,
Pas même le sourire
Qui cachait le martyre
De ton cœur épuisé ;
Tu n’as voulu laisser
De toi qu’une humble image
De femme pauvre et sage
Par Dieu même oubliée.
Maurice Carême


« Je suis seulement passé de l’autre côté.
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l’un pour l’autre,
Nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom
Que tu m’as toujours donné.
Parle-moi comme tu l’as toujours fait. »
Saint-Augustin


« J’aimais surtout ses jolis yeux
Plus clairs que l’étoile des cieux
J’aimais ses yeux malicieux. »
Verlaine


« Les mêmes souffrances unissent mille fois plus que les mêmes joies. »
Lamartine


« …t’ai-je assez remercié de l’amour que j’avais pour toi ? »
Anna de Noailles


« Terre, sois légère à ses tempes grises et couvre-toi de fleurs lorsque
reviendra ce printemps qu’il ne peut plus voir. »
Epitaphe


« Au chemin qui longe la mer
Couché dans le jardin de pierres
Je veux que tranquille il repose
Je l’ai couché dessous les roses
Mon père, mon père. »